Action de restauration des milieux aquatiques

L’objectif des travaux de restauration des cours d’eau du Syndicat de la Chère est d’améliorer le fonctionnement des rivières du territoire.

Restaurer les cours d’eau ne signifie pas revenir en arrière, pour recréer les cours d’eau comme ils étaient “avant”, mais il est aujourd’hui nécessaire de leur rendre leurs fonctionnalités perdues.

 A travers le CTMA Bassin Versant de la Chère, le syndicat prévoit un certain nombre d’actions ayant différents objectifs :

A – Restauration de la qualité du lit mineur

Restauration morphologique des cours d’eau

 

 

a – Diversification des habitats.

Ces aménagements ont pour but de diversifier les écoulements afin de retrouver des profils transversaux et longitudinaux plus intéressants. Ils sont réalisés dans l’emprise actuelle du cours d’eau et assurent une diversification minimale des écoulements par implantation de déflecteurs, création d’atterrissements, amas de blocs …

photoRecharge

b – Recharge en granulats

Ces travaux interviennent dans le lit et sur les berges avec un reméandrage partiel du cours d’eau par un apport massif de granulats mobilisable par le ruisseau, un reprofilage des berges, un reméandrage partiel et des plantations de végétaux aquatiques.

schemaRecharge

c – restauration complète des conditions géomorphologiques (tracés d’équilibre, géométrie du lit et des berges, substrat)

Cette restauration du cours d’eau dans son talweg (lit d’origine) permet de retrouver un fonctionnement plus naturel du cours d’eau

Mise en Talweg
 

Gestion des encombres

Les encombres sont des accumulations de débris végétaux, auxquels viennent souvent s’ajouter des déchets d’autre nature.

Un encombre, comme tout obstacle placé dans le lit mineur, est susceptible de provoquer des turbulences ou des déviations de courant à l’origine de nouvelles érosions de berges. Les encombres peuvent également constituer de véritables barrages qui augmentent la ligne d’eau en amont ; ce qui peut favoriser les inondations en cas de crue, limiter la connexion amont/aval pour la faune, favoriser la sédimentation et donc le colmatage des substrats plus grossiers.

La plupart des encombres sont pénalisants pour le milieu et doivent être retirés des cours d’eau. Cependant les boisements dans les cours d’eau constituent également les principaux éléments de diversité des habitats, aussi, certains encombrants divers seront donc conservés.

 

 

Travaux dans le marais de St Anne sur Vilaine

Gestion des plantes envahissantes : Arrachage de la jussie

Curage / réouverture de douves

Création d’un ouvrage hydraulique de gestion du niveau d’eau dans le marais

 Jussie

B – Restauration de la qualité des berges et de la ripisylve (végétation des berges)

Pour lutter contre la dégradation des berges par les animaux, des aménagements sont proposés tel que des clôtures le long du cours d’eau, des points d’abreuvement hors cours d’eau, des points de franchissement aménagés …

Les actions sur la ripisylve sont de plusieurs natures : débroussaillage, restauration légère à lourde de la ripisylve et gestion des encombres)

Ces actions ne sont pas systématiques et sont souvent liées aux actions de restauration morphologique.

 

C – Restauration de la continuité écologique

Les actions prévues visent deux catégories d’ouvrages :

Les grands ouvrages

Concernant la notion de rétablissement de la continuité écologique, la règlementation française s’étoffe dans le but d’atteindre les objectifs fixés par la Directive Cadre européenne sur l’Eau (DCE) :

  • La loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 impose le rétablissement de la continuité écologique sur l’ensemble des cours d’eau français ;
  • La loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006 impose quant à elle le classement des cours d’eau français en liste 1 ou 2 obligeant à rendre franchissables les obstacles situés sur ces cours d’eau au titre du Code de l’Environnement (article L. 214-17).
 15_continuite

Classement en Liste 1 : Sur les cours d’eau classés en liste 1, tout nouvel ouvrage ou toute nouvelle demande de concession devra respecter la continuité écologique pour être autorisé.
Classement en Liste 2 : Le classement en liste 2 induit pour les propriétaires d’ouvrages transversaux en rivière une obligation de résultat en matière de circulation des poissons migrateurs et de transport suffisant des sédiments dans un délai de 5 ans après parution du décret.

La Chère étant classé sur les listes 1 ET 2, le Syndicat a donc pour fonction d’informer les propriétaires d’ouvrages transversaux sur la Chère sur la règlementation et de les accompagner techniquement et financièrement afin d’y répondre.

Les petits ouvrages

Il s’agit de petits ouvrages de type franchissements routiers (buse, pont) ou de petits ouvrages d’origines diverses réalisés avec des pierres, des blocs ou d’autres matériaux

Plusieurs possibilités d’actions sont à envisager pour ces ouvrages :

  • La suppression de l’ouvrage peut être réalisée si l’ouvrage ne présente plus d’intérêt particulier ou si l’ouvrage n’a pas d’existence légale
  • L’ouvrage peut être remplacé par un ouvrage plus adapté à la circulation des espèces.
  • Un aménagement de type rustique de l’ouvrage peut être réalisé à l’aide d’une recharge granulométrique aval pour compenser le dénivelé de l’ouvrage

 

La gestion de seuils racinaires 

 

Des chutes d’eau peuvent se créées au niveau du système racinaire de la ripisylve et sont liées le plus souvent à des travaux hydrauliques qui ont provoqué une incision du lit par érosion.

Le remède est souvent une recharge en granulat en aval.