restauration de la continuité écologique au gué Gourdin entre Pierric et Sainte Anne sur Vilaine

Entre Pierric et Saint Anne sur Vilaine, au lieu-dit Gourdin, un gué permet le franchissement de la rivière pour l’exploitation agricole des terres. Ce gué était constitué d’une chape de béton coulée sur l’ancien gué empierré il y a plus de 30 ans. Cet aménagement ralentissait le transport naturel des sédiments par la rivière et du fait de sa hauteur de chute (environ 35 cm) ne permettait pas aux différentes espèces de poissons de se déplacer librement dans la Chère. En concertation avec les usagers du gué, ce dernier a été réaménagé. Différents projets plus ou moins coûteux ont été étudiés mais la solution rustique de recréation d’un gué empierré a été retenue. Aujourd’hui le franchissement est toujours possible pour l’activité agricole et la continuité écologique est restaurée. Au-delà du franchissement des poissons et du transit sédimentaire, cette action permet d’améliorer sensiblement la qualité de l’eau. Du fait des travaux l’eau ne stagnera plus en amont du gué lors des faibles débits. Elle se réchauffera moins vite et restera donc mieux oxygénée. Le volume d’eau retenu en amont est moindre mais il est de meilleure qualité. Ces travaux n’ont pas d’impact sur le débit de la Chère.

Ces travaux ont été mis en œuvre à l’aide d’une pelleteuse de 23 tonnes. Du fait de la présence de l’engin sur ce secteur, nous en avons profiter pour retirer des embâcles (arbres qui étaient tombés dans la rivière) qui perturbaient eux aussi le libre écoulement de l’eau.

smart

le gué Gourdin avant travaux photo prise du chemin coté Pierric

smart

le gué en phase chantier

smart

le gué Gourdin après travaux photo prise dans le sens d’écoulement de la Chère

smart

retrait d’un embâcle (tronc de peuplier qui barrait la rivière) entre le gué Gourdin et la Vilaine